Nous étions bien Impatients depuis quelques jours de rejoindre l’état de Bahia mais surtout Salvador, cette dernière nous ayant été si souvent décrite comme l’âme du pays… Passée l’étape décisive du choix du Bivouac, malgré une météo défavorable en raison de la saison des pluies nous nous sommes lancés avec enthousiasme à la découverte de cette ville pas comme les autres. D’abord hypnotisés par la beauté du littoral, nous avons très vite été rattrapés par l’incroyable énergie que dégage cette métropole:

‘’ na Bahia o carnaval é o ano todo ‘’…tous les motifs sont bons pour y faire la fête, la musique présente partout et la vie de quartier prédominante!!!

La vision omniprésente de son immense baie, la plus grande du Brésil et la 2ème plus grande au monde est assez envoûtante et offre à tous de belles occasions de s’y promener, d’y pratiquer du sport, de rejoindre les terrasses des nombreux bars ou restaurants ou d’aller danser la Samba…

La côte de Salvador est l'une des plus longues pour les villes du Brésil. Il y a 80 km de plages réparties entre la ville haute et la ville basse. Salvador est la deuxième destination touristique la plus populaire au Brésil, après Rio de Janeiro. Le tourisme et les activités culturelles sont d'importants générateurs d'emplois et de revenus, stimulent les arts et préservent le patrimoine artistique et culturel.

   Située sur une péninsule au bord de l’océan Atlantique dans le nord-est du pays. Salvador, également connue sous le nom de São Salvador da Bahia de Todos os Santos, est la capitale de l’État brésilien de Bahia. Avec 2,9 millions d'habitants (2017), c'est la plus grande ville du nord-est et la 3ème  plus grande ville du pays, après São Paulo et Rio de Janeiro.  Elle est située au bord de la baie du même nom. C'est le port principal de la région Recõncavo Baiano.

Fondée par les Portugais en 1549 en tant que première capitale du Brésil, Salvador est l'une des plus anciennes villes coloniales des Amériques. Un escarpement brisé sépare sa ville basse de sa ville haute de 85 mètres environ.L’ Elevador Lacerda, le premier ascenseur du Brésil, les relie depuis 1873. Le quartier Pelourinho de la ville haute, abritant encore de nombreux exemples d'architecture coloniale portugaise et de monuments historiques, a été classé au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1985. 

La cathédrale de la ville est le siège du primat du Brésil et sa célébration du carnaval est considérée comme la plus grande fête du monde. Salvador était le premier port d'esclaves des Amériques et l'influence africaine des descendants des esclaves en fait un centre de la culture afro-brésilienne. La ville est réputée pour sa cuisine, sa musique et son architecture. La plage de Porto da Barra à Barra a été nommée l'une des meilleures plages du monde. Itaipava Arena Fonte Nova a été le site des jeux de la ville lors de la Coupe du Monde Brésilienne 2014 et de la Coupe des Confédérations 2013.

Salvador constitue le cœur du Recôncavo, le riche district maritime agricole et industriel de Bahia, et demeure un important port brésilien. Sa zone

   Première capitale du Brésil de 1549 à 1763 (remplacée ensuite par Rio de Janeiro, puis par Brasilia), Salvador de Bahia a été un point de convergence des cultures européennes, africaines et amérindiennes.

La colonie est fondée en 1549 par Tomé de Sousa et devient rapidement un centre de la culture de la canne à sucre. Le besoin de main d'œuvre et sa proximité avec les côtes africaines en font une plaque tournante de l’esclavage d’Africains.

En 1948, la ville compte 340 000 habitants. Dans les années 1990, le quartier historique du Pelourinho (« petit pilori » car c'est là que les esclaves étaient punis) est nettoyé et restauré. Il est inscrit par l'UNESCO au patrimoine mondial de l’Humanité sous la dénomination « Centre historique de Salvador de Bahia ». C'est un quartier très populaire.

Le musicien Gilberto Gil y est né, et c'est là que se trouve la maison de Jorge Amado, le plus fameux des écrivains bahianais, chantre de Salvador.

P1070757