Comme cela nous avait été susurré à plusieurs reprises, nous avions bien retenu le message, ne pas passer à côté de la perle des îles Brésiliennes en longeant la côte du Nordeste. Ce petit séjour de 5 jours dans un cadre exceptionnel, loin du bruit et de l’agitation, avec en sus chambre confortable pour récupérer le soir des activités de la journée, fera partie des pépites de notre périple sur le grand continent! Nous pourrons longtemps garder le souvenir de nous être baignés dans l’eau turquoise d’une plage classée à plusieurs reprises plus belle plage du monde: praia do Sancho. 

Déjà immergés dans un cadre d’une beauté saisissante avant d’atterrir c’est bien la cerise sur le gâteau qui nous attendait!!! 

Fernando de Noronha est un archipel brésilien situé dans l’océan Atlantique, au large de Natal, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2001. L'Île principale de l'archipel est Fernando de Noronha.

L'archipel est situé à 369 km de Natal, 533 km de Recife et 667 km de Fortaleza. Il s'agit d'un atoll surélevé.

Sa population était de 2 801 habitants au recensement de 2007. Pour prétendre vivre à Fernando, il faut être natif ou marié à un natif. Les îles s'étendent sur 26 km2 dont 17 km2 pour l'île principale. En 2017, l'île, la seule habitée, comptait 4 350 habitants.

Le climat est tropical avec une pluviométrie annuelle de 1 300 mm. La température moyenne est de 25,4°. L'humidité relative moyenne est de 81%. La route nationale la plus petite du Brésil soit 7,9 km, la BR 363 traverse l'Île.

L'archipel est un exemple de préservation de l'environnement ; il possède le statut de parc naturel. Il est aussi sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Les visites sont contrôlées et limitées. Une « taxe de préservation » est ainsi prélevée pour les touristes souhaitant se rendre dans l'archipel : s’élevant à 17euros/jour. Le recyclage, les contrôles des baignades et des promenades y sont importants. La faune (tortues ou dauphins) et la flore y sont très protégées.

L'archipel de Fernando de Noronha s'adresse à une clientèle touristique plutôt aisée. L’ile principale est très isolée du reste du Brésil, et tous les biens, dont l'essentiel de la nourriture, sont importés du continent, ce qui entraine une hausse des prix d’au moins 50 % en comparaison du prix auquel ils sont vendus sur le continent. Les hôtels sont assez chers, et l'accès aux sites naturels est payant (droit d’entrée dans le parc 48euros).

 

IMG_2911