…Après une interruption de 3 mois (..durée de temps imposée hors du pays afin d’être habilité à demander une nouvelle autorisation de séjour de 3 mois ), notre impatience de continuer à parcourir ses immenses étendues et retrouver la joie de vivre et la spontanéité des 
Brésiliens se trouve largement compensée depuis notre retour en date du 26 Août..!
   Nous retrouvons chez Enrico et Cristina le bien nommé ‘’ Tuiuiu ‘’ notre vaisseau voyageur. 
Mais avant de reprendre la route quelques petites réparations grâce aux pièces ramenées de France dans les valises vont s’avérer nécessaires. Une grosse semaine passée entre la Chacara aux abords de la capitale chez nos amis et un séjour à Pirenópolis dans la jolie maison familiale nous aura permis de retrouver aisément nos repères et nos rudiments de Portugais dans un contexte bien privilégié où aucun détail n’aura été  laissé au hasard pour un nouvel accueil des plus chaleureux.
De nouvelles visites dans cette surprenante métropole aux allures post moderne, nous auront permises d’accéder à une meilleure compréhension du concept suivi de l’incroyable chantier mis en œuvre qui permit de voir émerger Brasilia vielle d’à peine 60 ans. Quelle chance que nos seuls amis de longue date dans ce pays en soient natifs…! Grâce à leur bienveillance et une belle organisation nous avons ensuite passé un long week-end à Pirenópolis dans l’état du Goias dans leur maison de vacances. Pirenópolis est connue pour sa fête du Divin et ses Cavalhadas célébrant Pentecôte un mois durant.
Grâce à son architecture coloniale et à sa proximité avec des chutes d’eau, cette jolie bourgade attire les visiteurs en quête de calme: destination de W-E très fréquentée par les habitants de Brasilia.
Cette étape nous a réservé une fois de plus sur notre route de belles surprises avec la rencontre:
- Michael  Français érudit et grand voyageur  expatrié au Brésil depuis 7 ans établi à ‘’Piré’' et  figure locale avec son épicerie fine ‘’O Armacem da rua’’ où saveurs exotiques et belle sélection de vins ravissent les clients. Une adresse que nous recommandons et qui restera dans nos notes précieuses…
- et de Joëlle Française établie elle aussi au Brésil depuis 30 ans, en compagnie de Philippe son frère venu lui rendre visite. Hasard ou coïncidence, Joëlle  a été collègue de travail d’un ami ayant séjourné au Brésil  chez qui nous avons partagé un grand repas juste avant notre précédent départ de France..!
Il ne va pas sans dire que ces belles rencontres ont été dignement arrosées dans l’arrière boutique de Michaël grâce à son incroyable sens de l’hospitalité.
   Une longue traversée du Cerrado nous a ensuite conduits à  la Chapada dos Guimarães, exemple classique de l’écorégion de type Savane du Cerrado. Un ensemble de falaises de calcaire ocre, de grottes et formations rocheuses parsemées de nombreuses chutes d’eau.
…Quelques mots sur l’écosystème du Cerrado:
Il inclut quatre types de végétation qui se mêlent pour former une mosaïque d’habitats semblable à la Savane. Le cerradāo est une forêt sèche qui pousse en blocs denses ou en petits îlots boisés.
Il recouvre une immense surface du pays comprenant plusieurs états dans les région centrales 
Il possède une incroyable richesse végétale de 10 000 espèces dont 44% ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde. La végétation n’est pas la seule richesse du Cerrado, celui-ci abrite quelques uns des mammifères les plus impressionnants et menacés du Brésil comme le loup à crinière, le tatou géant, le cerf des pampas et le tamanoir et protégée aussi de nombreux oiseaux rares et menacés. Halas la situation ne cesse de se détériorer depuis les années 1970 car d’immenses parcelles ont été converties à la culture du soja, du maïs, du blé, à l’Elevage si bien qu’il ne reste que 20% de la végétation d’origine.
Le taux de destruction de l’habitat en fait l’une des écorégions les plus menacées de la planète et ne montre aucun signe de répit.