Séjourner à Rio lorsqu’on dort dans un camion dans la rue interroge quand même un peu avant de prendre la décision de s’y rendre. Tous les brésiliens avec qui nous avons pu avoir des échanges au préalable nous ont systématiquement mis en garde sur les dangers réels et potentiels que présente la «  Cidade »…D’autant qu’après les recherches que nous avons effectuées aucun accueil ni hébergement adapté ne s’offrait à nous dans le centre; alors loin d’être prêts à faire l’impasse sur notre passage dans la ville Mythique, nous nous sommes résolus à faire confiance comme c’est assez souvent le cas dans les villes aux indications consignées dans l’application Ioverlander qui se trouve être assez souvent d’une aide bien pratique {pour les non connaisseurs: conçue et alimentée par des voyageurs motorisés…}. Nous avons donc fait étape à Praïa Vermelha dans le quartier très sécure des écoles militaires pour une petite semaine. Grâce à sa situation exceptionnelle dans une baie géante, des plages immenses et des collines verdoyantes autour, Rio suscite un grand enthousiasme et génère une grande énergie. Il n’est pas rare de se trouver assis dans un bus aux côtés de plagistes le sable encore collé aux chevilles, ou bien du plongeur revenant d’une séance encore vêtu de sa combinaison.

- Rio de Janeiro, souvent désignée simplement sous le nom de Rio, est la 2ème plus grande ville  du Brésil après São Paulo. Située au sud-est du pays, elle est la capitale de l’État de Rio de Janeiro. Avec ses 6,1 millions d'habitants intra-muros (communément appelés Cariocas, la variante ) et 12,62 millions dans l'aire urbaine, Rio de Janeiro est l'une des métropoles les plus importantes du continent Américain. Elle fut capitale du Royaume -Uni de Portugal, du Brésil et des Algarves, à la suite de la fuite de la cour portugaise lors de l'invasion des troupes napoléoniennes (1808-1821), puis de l’Empire du Brésil (1822-1889), de la Républica Velha (1889-1930), de l’Estado Novo (1937-1945) et du début de la Deuxièmee République jusqu'en 1960.

- La ville a accueilli les Journées mondiales de la jeunesse 2013, la finale de la Coupe du monde de Football 2014 et enfin, en 2016, les Jeux Olympiques d’été.Rio de Janeiro désigne à l’origine la baie de Guanabara découverte le 1er Janvier 1502 par Gaspard de Lemos et Gonçalo Coelho, capitaines de la Flotte  de l'explorateur portugais Pedro Álvares Cabral, découvreur du Brésil.

Selon certains historiens, le nom initial était Ria de Janeiro « baie de janvier », puis une confusion se produisit entre le mot ria, qui à l'époque pouvait désigner une baie ou un bras de mer, et rio « rivière ». Par la suite, le nom de la baie était fixé sous la forme Rio de Janeiro « rivière de janvier ». Selon d'autres, c'est Amerigo Vespucci qui, lors de son 3éme voyage d'exploration en Amérique du Sud aurait pris la baie de Guanabara pour l'embouchure d'un fleuve auquel il attribua le nom du mois.

Les habitants de la ville sont des « cariocas », venant du tupi et signifiant « maison des hommes blancs », contraction des mots kara’iwa, « hommes blancs » et oka, « maison ». Les habitants de l’État de Rio de Janeiro, sont eux des «fluminenses ».