...…Non nous n’avons pas disparu, nous avons juste changé de continent pour notre retour estival dans le Midi de la France. Nos derniers jours au Pérou ayant été très denses entre virée au Macchu Pichu et démarches administratives pour laisser le véhicule sur le sol Péruvien, nous n’avons pas eu le temps de mettre le blog à jour. C’est donc avec un peu plus de 2 semaines de retard que récits et images des 2 dernières publications vous parviennent.

   Les dernières régions traversées nous ont offert des paysages spectaculaires, et scènes de la vie quotidienne authentiques et chargées de sens . Cela ne vous surprendra pas, le temps fort de cette étape dans la vallée sacrée a été la longue marche vers le Macchu Pichu…
Temps fort tant dans l’approche et la découverte de ce site unique (9h de marche A/R depuis Santa Helena jusqu’au sommet), qu’à l’émotion vécue durant toute la visite face à cet incroyable spectacle enrichi des commentaires de notre guide…Temps que l’on voudrait volontiers suspendre ou ralentir afin d’imprégner chaque infime espace de son cerveau afin qu’il nous restitue fidèlement à distance la magie de ces moments…!
   Le Machu Picchu se situe à 2430 mètres d’altitude dans un cadre extraordinaire et est sans conteste la première attraction touristique du Pèrou avec ses 800 000 visiteurs annuels. Créés par les Incas au moment de l’apogée de cette civilisation, les nombreuses terrasses, rampes, murs de pierre minutieusement assemblés, ont remarquablement bien traversé les époques. Son cadre, à la fois forestier et montagneux, se situe sur le flanc supérieur du fleuve Amazone. Cette situation judicieuse permet au site de jouir d’une flore et d’une faune extrêmement riches et diversifiées. Le nombre de billets disponibles pour le Machu Picchu se limite à 2500 par jour afin de préserver le site. Il est même possible que dans le futur, ce chiffre soit revu à la baisse.
   La plupart des archéologues de notre époque s’accordent sur la période de construction du Machu Picchu. Il aurait été érigé par l’Inca Pachacútec, qui était un des plus éminents dirigeants du Tahuantinsuyo. Cet Inca gouverna de 1438 à 1471. La construction de la citadelle remonterait donc au 15e siècle. Cette époque était synonyme de croissance pour nombre de civilisations incas. Selon certains archéologues, la victoire des Incas sur les Chancas aurait même été célébrée dans la zone où fut érigée le Machu Picchu. 
  La qualité, le caractère merveilleux des œuvres architecturales et les systèmes de gestion avant-gardistes de l’eau, n’intéressaient guères les colonisateurs espagnols. Ces derniers n’étaient uniquement intéressés que par la conquête des métaux précieux tels que l’or. A cause de sa situation géographique bien particulière et sa très difficile accessibilité, le site du Machu Picchu et ses innombrables richesses sombrèrent dans plus de trois siècles d’oubli, avant d’être en partie révélés à l'ensemble du monde en 1911. Après plusieurs décennies de fort dynamisme et d’activité humaine sur ce site, la vallée du Machu Picchu devint vers la fin du 15e siècle, l’un des derniers refuges des Incas de Vilcabamba. Ces derniers résistèrent très fortement, pendant plusieurs décennies, à la suprématie des conquistadors espagnols. Atahualpa fut le dernier empereur inca à résister. Il fut finalement assassiné par l’Espagnol Francisco Pizzaro, marquant ainsi la fin de la civilisation inca.