...La magie du voyage exerçant inexorablement ses effets, nous venons de passer à une étape enchanteresse ces 2 dernières semaines, entre vallée centrale où le vert est présent jusqu’à l’orée des nuages, et côte Caribéenne avec ses spécificités culturelles…Les 2 raisons principales étant: -l’arrivée des copains Français Nadine et Gégé avec leur soif effrénée d’aventure et de découverte, -et les régions traversées nous comblant chaque jour d’avantage par leur beauté et leur richesse environnementale.

   Nous faisons à travers cette publication un clin d’œil tout particulier à Nadine par notre choix musical, car il faut bien le dire c’est elle qui a impulsé cette aventure Costaricienne improvisée pour l’équipe des 06 la si bien nommée par Yéti..! « Overlanders" d’Europe, Nadine et Gégé sont prêts à franchir le pas pour eux aussi mettre leur CC sur un cargo et vivre à un autre rythme..
  Le Costa Rica est encadré par la mer des Caraïbes à l’est et l’océan Pacifique à l’ouest et au sud, bordé au nord par le Nicaragua et au sud-est par le Panama, il comprend également l’île Cocos située dans l’océan Pacifique, à plus de 500 kilomètres des côtes du pays. il a pour capitale San José, pour langue officielle l’espagnol et pour monnaie le « Colon ». Sa devise est « ¡Vivan siempre el trabajo y la paz! » (« Que vivent pour toujours le travail et la paix ! »). Bienvenue au Costa Rica ! Le pays de la pura vida: surnommé la « Suisse de l’ Amérique centrale »… 
   Le territoire costaricien est occupé par les Amérindiens dès la Préhistoire avant d’être découvert par Christophe Colomb en 1502. Colonisé par les Espagnols du 16ème  au 19ème siècle, le Costa Rica acquiert son indépendance en 1821. Depuis le 1er décembre 1948, le Costa Rica est un pays neutre et est devenu la première nation du monde à avoir constitutionnellement supprimé son armée. Dès lors, le pays se distingue en Amérique Centrale par son modèle de développement donnant la priorité à l’éducation, à la santé et à la protection de l’environnement. Il est depuis 2009 classé à la première place mondiale du Happy Planet Index et en 2012 à la cinquième place de l’indice de performance environnementale grâce à sa politique active de développement des énergies renouvelables (hydraulique, éolienne, géothermique qui lui permettent depuis 2015 de s’éclairer uniquement aux énergies renouvelables) et de protection de ses ressources naturelles (reforestations, moratoire interdisant l’exploitation pétrolière pendant trois ans en 2011).

   En 2010, selon l’indice d’inégalité des genres, le Costa Rica est le pays le plus égalitaire d’Amérique Latine. Le PNUD a mis en évidence la même année que le Costa Rica est l’un des quelques pays à avoir atteint un développement humain beaucoup plus élevé que les autres pays de développement économique similaires. Pour l’année 2013, son indice de développement humain était au septième rang des pays latino-américains et au deuxième rang en Amérique centrale. En février 2014, le Costa Rica était peuplé de 5 065 025 d’habitants. 

   Le Costa Rica possède une flore et une faune exceptionnelles, puisque  6% de la biodiversité mondiale s’y trouve. Cette diversité exceptionnelle est due à l'emplacement géographique du Costa Rica, entre Amérique du Nord et Amérique du Sud, ce qui est propice aux mouvements d'animaux. Les influences océaniques de l'océan Pacifique et de la mer des Caraïbes, ayant chacun un climat particulier, jouent également un rôle. De manière générale, on peut distinguer trois aires climatiques : la côte caraïbe, humide et semi-marécageuse, la côte pacifique, plus sèche, et la zone centrale, au relief élevé, dont la végétation est sèche. Grâce à l'abondance des précipitations lors de la saison des pluies, le pays est arrosé de milliers de cascades. Celles-ci attirent une faune singulière : grenouilles, colibris ou encore papillons, dont le majestueux morpho aux ailes bleu électrique

   Le Costa Rica se classe parmi les 14 nations à avoir placé plus de 23 % de leur territoire sous protection (25,6 % de parc nationaux ou réserves écologiques). Ce pays a presque réussi à stopper la déforestation (75 % du territoire était recouvert de forêt en 1950, 25 % de nos jours) bien qu’il existe encore parfois des actions de déforestation illégales sévissant de manière épisodique au cours de l’année, qui ont lieu au sein même de réserves naturelles protégées.

   En nous acheminant tranquillement vers le Panama nous comptons passer encore deux semaines dans le Sud Ouest du pays entre le célébrissime parc Manuel Antonio et la péninsule d’Osa.