… « Coucou nous revoilou », …un peu sous la pression de nos blogueurs demandeurs de nouvelles et photos de la suite de notre itinérance. En effet le blog est resté silencieux comme prévu durant la période de notre retour au « bercail » et ensuite 16 jours depuis notre atterrissage sur le continent américain. Le temps de régler quelques détails matériels sur le véhicule et nous départir de nos attaches et marques à la société américaine côtoyée durant une année. Hé bien oui, nous pouvons en témoigner l’être humain n’exerce pas toujours pleinement ses capacités d’adaptation..  Cela se fait tellement naturellement y’a juste à laisser faire! Cinq jours à San Diégo ont donc été nécessaires pour clôturer le premier chapitre de notre aventure aux Amériques, et se préparer à la suite du Road Trip direction le Mexique…

La frontière ne fut d’aucune manière difficile à passer. Et quel ne fut pas notre fou rire arrivés à Tijuana en repensant à la liste des maintes recommandations et interdits psychologiques dressée par d’autres voyageurs (croisés antérieurement) sur ce poste frontière considéré comme ultra dangereux. Il ne va pas sans dire que la pratique de la langue locale élimine bien des barrages et il est bon de s’entendre dire que votre pratique en est aisée. Outre le fait que l’on en retire une certaine fierté, cela permet de rester optimiste sur la suite à donner dans les échanges humains.

Pour être plus concrets sur nos premières impressions :  la Baja California est étonnamment sauvage avec une densité de population très basse au regard de l’incalculable nombre de Cactus Cardon recouvrant la péninsule. Coté pratique les spots de camping sauvage le long des criques et « Bahias » sont foison. Quant aux rues des villages côtiers, vu qu’elles ne disposent d’aucun panneau « no overnight parking » comme aux USA, les Malecon  ou ce que l’on nommerait chez nous :  croisette ou promenade de bord de mer y deviennent  nos bivouacs favoris. 

Dans un premier temps quelques déboires avec un de nos appareils photos ne nous permettent pas de vous donner une idée exhaustive de notre nouveau cadre de vie, faudra vous en contenter..

Au milieu de la péninsule nous avons fait une pause à la Laguna Ojo de Liebre haut lieu de reproduction des baleines grises où nous avons vécu durant 2 jours au plus près de ces mammifères marins: mères attentives à leurs baleineaux avant leur émancipation prochaine dans la grande bleue